Rédigé par notre équipe le 19 décembre 2017.

Jean-Yves Le Drian est un ministre aussi discret qu’inefficace. Son attachement indéfectible au Parti socialiste peut expliquer ce triste constat. Ministre de la Défense tout au long du quinquennat Hollande, il a troqué l’uniforme pour celui de costume de diplomate sous Macron. Malheureusement, le nouveau locataire du quai d’Orsay est aussi mauvais que ces prédécesseurs et peut-être même plus menteur. 

En marge d’une rencontre avec des hommes d’affaires russes réunis à Damas le 18 décembre, Bachar el-Assad a remis les points sur les « i » concernant l’attitude de la France dans ce conflit barbare. Le chef de l’Etat syrien a déclaré que « la France n’avait pas le droit de s’ingérer dans les affaires syriennes » étant donné son lourd passif. Plus explicitement  « Celui qui soutient le terrorisme n’a pas le droit de parler de paix et n’a pas le droit de s’ingérer dans les affaires syriennes ». Ceci est la moindre des choses, mais à rappeler certains faits, le président syrien a mis à mal la politique française en Syrie.

La diplomatie par le (bon) bout de la lorgnette

C’est alors que ce cher Jean-Yves Le Drian sort de sa boîte et répond sèchement à un homme qui ne « mériterait pas d’être sur Terre » (selon son prédécesseur Fabius). Devenu président du Conseil constitutionnel et non pas Dieu, Fabius n’a toutefois pas de craintes à avoir tant la diplomatie française continue de se fourvoyer. La France a joué un bien vilain rôle au Levant et au moment où Daesh s’écroule en tant que construction étatique, Paris tente de mettre la poussière sous le tapis.

Le discours officiel est clair : la France est intervenue pour faire barrage à la sauvagerie. Une appellation bien générale qui permet de taper sur les uns, un peu moins sur les autres et pas du tout sur certains. Il faut croire que les terroristes d’al-Nosra font partie de cette dernière catégorie vu qu’ils faisaient « du bon boulot » (dixit Fabius). La France a prétendu combattre Daesh et le régime d’Assad simultanément sans aucun résultat probant. Quand les Russes ont décidé de s’impliquer, le recul des forces terroristes a été sensible et désormais presque achevé.

Les rares avions français n’ont fait aucune différence sur le terrain d’autant qu’ils doivent depuis plusieurs années déjà quémander des bombes au grand frère américain. Quid du budget de l’armée M. Le Drian ? Incapables de se payer un arsenal digne de ce nom, la France n’est qu’un drapeau dans la lutte contre le terrorisme en Syrie. Une lutte inefficace contrairement aux agissements souterrains qui ont même été évoqués sur BFM TV par Harold Hyman du temps où ce « journaliste » soi-disant spécialiste des relations internationales expliquait naïvement que des barbouzes travaillant pour le compte de la France faisaient passer dollars et armes de la Turquie à la Syrie. Du matériel pour tuer et des millions de dollars pour qui ? Pour des « rebelles modérés » fantasmés ?

La France a choisi le pire camp depuis le début du conflit et la note est déjà salée sur notre propre territoire. Il faut pleurer les innocents fauchés en France par des terroristes, mais applaudir ses derniers lorsqu’ils mettent la Syrie à feu et à sang ? La schizophrénie n’aide pas à bien gouverner… Et maintenant, Le Drian prend des airs effarouchés et tente de cacher le rôle de la France en parlant du sang sur les mains d’Assad. Il n’y a plus que Le Drian pour croire que quelqu’un autre qu’Assad lui-même affirme qu’il n’a pas de sang sur les mains. Mais ce n’est pas en dénonçant les crimes des autres que l’on peut se refaire une virginité.

Un diplomate doit savoir parler. Le Drian parle peu et dès qu’il le fait, il se ridiculise. La France qui rayonne et qui inspire n’est pas prête de se relever. M. Le Drian, laissez les pourparlers de paix se poursuivre