Rédigé par notre équipe le 05 juillet 2017.

taxes et impots macron vous rakette 2017

On n’allait voir ce qu’on allait voir ! Avec Macron et son équipe de startupeurs, la politique à l’ancienne serait définitivement enterrée. Sauf qu’une fois le discours de politique générale prononcé par le peu visible Edouard Philippe, il est évident que ce sont les mêmes recettes qui vont être utilisées. Seules les promesses de campagne qui vont rapporter de l’argent à un Etat glouton vont être mises en œuvre rapidement. Celles qui doivent faire sortir les Français du matraquage fiscal attendront. En Marche vers le mur fiscal !  

Tout pour Bruxelles ! Rien pour les Français ! Telle est la conclusion à tirer du discours de politique générale du traître Edouard Philippe. Celui qui a rebondi à Matignon après a défaite de son mentor européiste (Alain Juppé) continue de prêter allégeance à l’Allemagne. Les Français vont manger de l’impôt et devront attendre la fin du quinquennat pour espérer éventuellement un petit geste (juste avant la présidentielle de 2022).

Philippe nous fait du Hollande. Pas étonnant, on retrouve une fois encore Macron à la manœuvre. Conseiller, ministre ou président, la philosophie est toujours la même. Prendre l’argent dans les poches des Français (et bientôt directement sur les comptes en banque si nécessaire) et promettre des lendemains plus joyeux. La pression va commencer tout de suite avec l’entrée en vigueur dès 2018 d’une hausse de 1,7 point de la CSG. La possible suppression des cotisations salariales et de chômage aura bon dos après cette tonte en règle des Français. On fait semblant de s’intéresser aux personnes en situation de handicap et aux titulaires du minimum vieillesse qui verront leurs allocations augmenter de près de 100 euros. C’est bien, surtout quand on sait qu’elles plafonnent actuellement autour de 800 euros. C’est du foutage de gueule quand on réalise que cette hausse sera échelonnée sur tout le quinquennat et qu’elle sera plus que compensée par les taxes et impôts qui vont tomber comme des coups de massue.

Pas de répit fiscal

Il n’y aura pas d’échappatoire. Les coups vont pleuvoir car il faut enfin respecter le critère de 3 % de déficit imposé par l’Union européenne. Macron souhaite être le caniche de Merkel et plus encore des banques donc il va falloir trouver des financements pour le budget de l’Etat. La « fiscalité écologique » va ainsi augmenter alors qu’elle prend déjà des proportions alarmantes. La question du nucléaire a été soigneusement mise sous le tapis pour ne pas précipiter un départ trop rapide de Hulot. En chargeant la barque sur le plan des recettes « écologistes », on contente le brave ministre et on assassine l’épargne des Français. Entrée en vigueur probable : 2019.

Celle de la fin de la taxe d’habitation est quant à elle bien plus difficile à prévoir, car cette mesure qui a rapporté pas mal de voix au candidat Macron est aujourd’hui repoussée au calendes grecques. 80 % des ménages devaient profiter de cette suppression, mais cela irait contre l’idée d’une fin de matraquage fiscal si cher à Emmanuel Macron. C’est pourquoi le Premier ministre vient de l’enterrer avec brio en ces termes : « Nous engagerons la concertation sur la réforme de la taxe d’habitation, qui doit contribuer, d’ici à la fin du quinquennat, à rendre du pouvoir d’achat à l’immense majorité de nos concitoyens ».

L’ISF sera quant à lui supprimé en 2019 (bonne nouvelle pour arrêter la fuite des plus riches) mais remplacé par un impôt sur la fortune immobilière. Ou comment faire de la cosmétique lorsqu’il faut procéder à une chirurgie globale. Et voilà que le train fiscal infernal est reparti. Pas même entré en gare depuis la chute du hollandisme, il reprend de la vitesse sous la férule de Macron, cheminot jeune et dynamique qui mène sa monture droit à sa perte. Le plus triste est qu’une masse d’idiots iront redonner leur voix en 2022 après des derniers mois passés à donner des coups de pouce. Des gestes bien superficiels quant on s’est fait couper la tête !