Rédigé par notre équipe le 23 avril 2017.

Présidentielle. Le second round s’ouvre pour les deux derniers survivants de cette course folle. Une course qui a déjoué les pronostics de la rédaction de 24 heures actu et qui a malheureusement porté aux nues Emmanuel Macron. Marine Le Pen est certes au second tour, mais la victoire du mondialisme et de la banque semble être promise. Triste France martyrisée par les socialistes et qui s’apprête désormais à être prise par un banquier sans vergogne qui n’a cessé de rappeler son mépris pour elle.

Propulsé en l’espace de quelques semaines en homme providentiel, Emmanuel Macron a réussi le pari de l’élite oligarchique. Celui de se maintenir au pouvoir coûte que coûte. Jusqu’alors, il fallait sauver les apparences et faire dans la sacro-sainte alternance. Un coup à droite, un coup à gauche pour que rien ne change et que les Français soient dépouillés par une Europe non démocratique et toute-puissante. Sarkozy avait imposé (avec la bienveillance du PS) le traité de constitution européenne. Hollande s’est prostitué comme jamais pour les intérêts de Juncker et de Merkel. Des trahisons vis-à-vis du peuple, mais qui avaient au moins gardé un semblant de vernis français. Sarkozy et ses discours aussi fermes que ses actes mous et Hollande, le bon gros socialiste qui ne pensait qu’à faire des blagues autour du buffet.

Avec Macron, la France entre dans une nouvelle dimension. Celle de la gauche décomplexée qui embrasse le libéralisme et le mondialisme sans aucune retenue. Vive les banques ! Vive la finance sauvage ! Vive les délocalisations ! Vive l’immigration massive ! Vive l’Europe non démocratique ! La victoire de Macron au premier tour de la présidentielle est une réussite de taille pour tous les ratés de la politique et tous les lobbys qui l’ont soutenu malgré le vide de son programme et la défiance des Français contre un bourrage de crâne décidément trop voyant. Mais comment expliquer que le fils spirituel de Hollande ait déjà un pied à l’Elysée malgré des faiblesses rédhibitoires pour devenir président de la République ?

« Les Français sont des veaux »

Réfugié à Londres en 1940 au lendemain de l’armistice, le général de Gaulle aurait dit : « Les Français sont des veaux ». Des bêtes encore prêtes à gober, en 2017, la propagande qui s’est déchaînée, il est vrai, avec une force inouïe pour que les suppôts du socialisme restent au pouvoir en donnent toujours plus les coudées franches aux élites mondialisées. La citation exacte du dernier grand homme politique qui a gouverné les destinées de la France se conclut ainsi : « Ils [les Français] sont bons pour le massacre. Ils n’ont que ce qu’ils méritent ». Et c’est exactement ce qui va arriver dans deux semaines après une campagne médiatique qui vibra au son des fameux « pas de place pour les fachos ! ». Les Français vont vite comprendre que le prochain quinquennat fera la part belle aux immigrés, aux européistes et à la finance. En un mot, tout ce qui n’est pas français sera chouchouté. Un traitement de choc qui aura le sourire carnassier de Macron mise en boîte à la télé que pour seule illustration.

Mais tout n’est pas encore joué pourrait-on penser ! Marine Le Pen est bien au second tour. Après 2002 et la grande surprise qui hante encore les nuits de certains journalistes, le FN arrive une deuxième fois au second tour avec des motifs d’espérer un score tout à fait honorable. Mais difficile d’imaginer que les électeurs seront assez nombreux pour faire élire Marine Le Pen au nez et à la barbe de l’UMPS. Tous vont se retrouver chez Macron. Il avait déjà Robert Hue et Alain Madelin. Des dizaines d’autres vont s’empresser de lui lécher les bottes à commencer par le trotskiste Mélenchon et tous les adorateurs du croulant Juppé.

Le « front républicain » est déjà en marche pour priver les Français d’une alternance et d’un salut tant espéré et si nécessaire. Les deux prochaines semaines vont voir la propagande redoubler pour essayer d’enterrer vivant tous les rêves d’un retour d’une France fière d’elle-même. Alors oui, il faudra voter le 7 mai et éviter de « bien voter » comme cela sera exigé par tous les médias aux ordres des élites. Il faut encore faire trembler ses haineux de la France et se souvenir qu’au-delà de la présidentielle, il y a des législatives à gagner. Le PS officiel est agonisant, les Républicains bientôt atomisés par leurs querelles sans fin et l’extrême gauche dans l’incapacité de remporter le moindre siège sans un coup de pouce du système. Le FN a ses chances.

L’escroquerie Macron rayonnera dès le début des législatives et c’est au FN de devenir la seule et vraie force d’opposition. Le premier tour de la présidentielle laisse un goût amer, mais ne doit pas être l’introduction d’une défaite en rase campagne. La campagne pour le second tour sera difficile, les législatives seront piégeuses, mais il faut bien passer par l’Apocalypse pour que la lumière puisse enfin percer.