Rédigé par 4VinsDivers le 11 mars 2016.

maxresdefault

1

Dans combien de familles notre Président s’est-il mouillé ? Pour certains commentateurs, aucune, puisque jamais notre Président ne se maria. Oui, mais c’était compter sans la novlangue qui réinvente «les familles» en lieu et place de «la famille», avec un ministère à l’appui. D’où la question que tout les Français se posent : François Hollande constitue-t-il une ou plusieurs familles monoparentales ? Essayons d’éclairer ce débat institutionnel central.

C’est tout de même formidable de se dire que pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, une pays, que dis-je, une nation supra-matrimoniale est présidée par une famille monoparentale ! C’est le miracle de la novlangue socialo-belkacique, puisque le sens des mots peut-être adapté à tous les fantasmes individu-centrés. Tiens, par exemple je suis âgé de dix ans, et je décide que mes parents ne me causant que des tracas, je me pacse avec ma demi-sœur du même âge, pour former avec elle une famille zéro-parentale. Trop top ! Non ?

Cela tombe très bien en ce moment, car le président monoparental de la République Fwançaise veut créer une «agence de recouvrement des pensions alimentaires impayées». Je vais donc toucher la pension de mes vieux avec ma demi-sœur et nous pourrons enfin nous gaver de cacahuètes salées devant notre télévision, sans que nos parents putatifs viennent nous priver du cinéma-dinette de minuit.

D’ailleurs, le premier président monoparental des Français a annoncé mardi plusieurs autres mesures pour les familles sans parents, justifiant son choix d’associer dans un même ministère «familles dé-re-co-construites» et «trois de ses femmes avec ou sans genre identifié». Pourquoi a t-il oublié malencontreusement les droits des hommes monoparentaux ? Peut-être a t-il l’intention de changer de genre ?

Nous ne savons plus être affirmatifs à l’heure où nous mettons sous presse car, affirme t-il : «Il faut favoriser d’abord l’articulation et sortir les familles monoparentales (…)». Fait-il allusion à sa difficile perspective de réélection en 2017 ? Difficile à apprécier entre les demi-maux sociétaux des familles polymorphes du rossignol milanais.

Ainsi ce 8 mars 2016, François Hollande présidait la Journée internationale du doigt des femmes, et renouvelait à l’Élysée les promiscuités du Haut Conseil de l’égalité entre les monogastriques. Créé en 2013, une certaine Bousquet en est la pierre angulaire, preuve que le Haut Conseil roule et n’amasse pas mousse. En cette occasion, la première famille monoparentale de France déclare : «Il faut des crèches à vocation d’insertion professionnelle, car les inégalités commencent dans les familles monoparentales». Décidément, il se tire encore une balle dans le pied ! Une manie chez lui.

Mais c’était compter sans la surprise finale, car «ici commencent les expérimentations» en vue d’«offrir des solutions de répit aux familles monoparentales», déclare t-il. C’était donc ça ! Ségolène, Valérie et Julie qu’on croyait oubliées sont finalement visées par les sollicitudes législatives du Président. Les familles monoparentales cultivées avec patience et amour dans les antres cotonneuses de l’Élysée ne sauraient être abandonnées sans qu’une garantie de paiement des pensions alimentaires de leur soit offerte. Saluons tout de même la générosité du prince à l’égard de ce tiercé perdant.