Florian PhilippotCommuniqué de Florian Philippot, vice-président du Front National

La non-revalorisation des petites retraites annoncée par le gouvernement constitue une nouvelle atteinte grave à la situation des plus fragiles d’entre nous, et une énième trahison de ses engagements.

Elle marque tout le mépris social d’un gouvernement plus soucieux d’obéir aux ordres de ses maîtres bruxellois et allemands, que de répondre aux préoccupations quotidiennes des Français.

Les personnes âgées sont ainsi les nouvelles victimes directes de l’austérité aveugle mise en œuvre avec la complicité active de l’UMP.

Dans un contexte d’augmentation massive des impôts, la non-revalorisation des retraites supérieures à 1200 euros par mois avait déjà constitué un coup dur difficile à supporter pour les retraités concernés ; à présent ce sont l’ensemble des retraités, y compris les plus précaires et les plus démunis, qui devront supporter le poids d’un politique économique en échec complet.

La prétendue faiblesse de l’inflation, utilisée comme prétexte par le gouvernement, est une insulte envers tous les Français qui dans leur quotidien ne voient pas l’ombre d’une baisse des prix.

Alors que le gouvernement de Monsieur Valls a décidé d’atteindre directement les plus fragiles, que vont faire les députés PS prétendument frondeurs lors du vote de confiance mardi prochain ? Auront-ils le courage de leurs opinions, ou démontreront-ils aux Français toute l’imposture de leur agitation ?

Le Front National rappelle pour sa part que seul un changement radical de politique économique permettra de rompre avec le cercle vicieux de l’austérité ; ce qui suppose de retrouver les leviers de notre souveraineté économique : une monnaie nationale, la maîtrise de notre budget, la possibilité de faire du patriotisme économique et du protectionnisme intelligent dans le cadre d’un Etat stratège.