Rédigé par nikkopol le 12 septembre 2014.

 

12.09.2014

hollande et ses dents

Une semaine de reprise en apothéose ! Ces peintres n’ont aucune limite, de la « phobie administrative » de l’éphémère ministre qui ne payait ni ses impôts ni ses loyers au déballage sordide de la 1° répudiée de France. Sans parler des résultats de la politique économique qui confirme la faillite des orientations prises depuis 2 ans… Ben mon pépère, ton quinquennat ressemble de plus en plus à un vieil étron dans le caniveau…

 

Et une sortie, une… Le vicomte Montebourg avait un devoir, un seul, eu égard au destin qu’il se voit embrasser, celui d’être un jour calife à la place du calife. Ce devoir, c’était celui de réussir sa sortie. Alors il a attendu. Attendu d’être sûr que l’embellie économique ne serait pas là pour pouvoir se désolidariser du Titanic gouvernemental. En cette fin d’été, il a du mettre la main sur quelques prévisions pourries pour les 2 prochaines années et il a décidé que c’était le moment pour quitter le pédalo. Alors il a fait sa petite sortie médiatique, tout bien, en direct de sa réunion de gauchos de Saône et Loire, comme quoi le gouvernement (auquel il appartenait) faisait fausse route. Ça ne pouvait pas passer. En emmenant Hamon et Filippetti dans sa barcasse. Le petit Benoît qui a profité du weekend dans la Bresse pour balancer, lui aussi, sur le gouvernement. Et ma chère Aurélie qui a soutenu les charlots du socialisme par un tweet remarqué. On pense au petit Benoit, comme un symbole, qui aura passé la plus grande partie de son temps de ministre de l’Education Nationale pendant les vacances scolaires… Et c’est ainsi que ce qui était annoncé comme un « gouvernement de combat » est mort sans combattre !

 

Casting de roi. Ce remaniement aura été l’occasion de voir quelques choses intéressantes. D’abord, voir que pépère prend pour le même poste, à 147 jours d’intervalle, Montebourg puis Macron. Soit les exacts opposés en terme de conviction économique. Ça peut vouloir 2 choses : soit pépère ne sait pas, mais alors pas du tout où il va. Soit il joue les équilibristes avec sa majorité et fait passer la représentativité des courants de la gauche avant l’intérêt du pays. Chacun jugera. Et puis ma chère chérie, Aurélie. O rage, O désespoir… Tu t’en vas, mon aimée. Toi qui resteras sans doute comme le plus mauvais ministre de la culture de la 5° République, de l’aveu même de tes clientèles qui te sont pourtant, politiquement tellement acquises ! Mais qu’allons-nous devenir, sans toi ? Que va devenir cette chronique sans ton incompétence, ton inconséquence, quelque part ton incontinence intellectuelle ? Je ne pourrai plus commenter tes sorties ridicules, quand tu te fais caillasser la gueule par les intermittents à Avignon. Les témoignages des patrons de théâtre à charge contre ton action vous tellement nous manquer. Heureusement, ton cadeau de départ fut à la hauteur de ton magistère : une formidable leçon de « je vous prends pour des cons ». En effet, tu savais que tu ne serais pas reprise dans la folle équipée gouvernementale. Chacun a pu se rendre compte quelle crasse tu étais à ton poste, toi qui a réussi à monter le monde de la culture contre la gauche ! Un exploit, que dis-je, un miracle ! Alors, pour essayer de te préserver un avenir électoral, tu a choisi de faire écrire une lettre au président pour dire que tu n’étais pas « candidate » à un poste ministériel. Une sorte de démission volontaire. Tu as essayé de maquiller ton licenciement pour incompétence crasse en acte politique délibéré. Un peu comme si, dans le privé, un mec qui vient de se faire convoquer à un entretien préalable de licenciement, balançait sa lettre de démission à son employeur. Au delà du fait que la tradition républicaine veut qu’on est jamais candidat ministre, le geste aurait pu être noble et courageux… si tu renonçais dans le même temps à tes indemnités. Mais non, le pognon, on ne le lâche pas comme ça. Allez ma grande, retourne à tes petites occupations. Toi aussi tu peux écrire, tu sais. Après Valoche, Duflot et bientôt Batho, ne te prive pas de balancer sur l’agonie du pédalo : on ne te lira pas, évidemment, mais ça nous fera sourire. Surtout que tu l’as déjà fait : ce chef d’œuvre dans lequel tu te faisais déguster l’entre-deux par quelque ténébreux andalou, scène que tu décrivais par le menu en langage fleuri. Commets donc un tome 2 aussi graveleux, avec plein de poils autour. Avec de la chance, tu arriveras à provoquer un peu d’émoi au pensionnat de jeunes filles des Hirondelles, dans cette Moselle qui t’est si chère au cœur, au moment où la puberté et ses désagréments titillent les adolescentes bourgeonnantes. Allez, ciao l’artiste. Et rassure-toi : vous êtes une petite brochette de champions à avoir quitté le navire mais ceux qui sont restés sont tout de même encore du top niveau !

 

Rentrée pas très classe… Et puis Valoche s’est lâchée. Elle a balancé sur pépère. Et ça a envoyé du très lourd. Résultat : on est tous passés dans la chambre à coucher, dans la salle de bain et dans les chiottes de pépère. Autant dire que ça file la nausée. Imaginer pépère lutiner Valoche dans ses appartements privés, se les représenter dans un plumard, les 2, qui sont au glamour ce que Sim et Paul Prébois furent à la comédie française, franchement, ça file la gerbe. Et puis fondamentalement, on apprend rien de bien nouveau. C’est vrai, une chose, quand même : on savait tout de pépère : son absence totale de courage de d’autorité, sa couardise même, son incapacité à avoir une vision, sa faillite dans l’incarnation du leader… Bref, on savait tout de cette incroyable erreur de casting. Mais, semble-t-il, le bonhomme apparaissait comme « sympa » aux yeux des français. Il est nul, mais sympa. En fait, ce livre nous apprend un truc de plus : là aussi, il y a eu tromperie sur la marchandise : ce type est une raclure !

 

Tomtom a eu le gros lot… Thévenoud, il était du genre premier de la classe. Tronche de gentil garçon, belles études, bon CV… Bref, d’aucun se laissait à penser qu’il était dans le bon wagon pour faire partie d’une sorte de nouvelle génération du PS. Il s’est même illustré à l’Assemblée lorsqu’il fallait fustiger les contribuables mauvais payeurs de leurs impôts ! Socialiste, apparemment compétent et pourfendeur de la fraude fscale, il y avait de quoi être alerter quand même ! Et ben même pas ! C’est donc avec une assurance certaine que pépère et Valls la menace lui ont confié un secrétariat d’état, celui du commerce extérieur, lors du remaniement. Parce que bon, quand on fait un gouvernement sur un coin de table, on prend qui on a sous la main ! Et on peut tomber sur un fraudeur du fisc puisque le mec, il n’a pas déclaré ses revenus pendant 3 ans ! et par la même occasion, sa femme non plus. Elle, elle était dir cab du Président du Sénat. Ça se passe comme ça, en Hollandie : on peut frauder le fisc pendant 3 ans et être ministre ou 1° collaborateur du 2° personnage de l’Etat… Qu’elle est belle, cette république exemplaire…

 

Cerise sur le gâteau : et pour clore une séquence haute en couleur, une rentrée au delà de toutes les attentes, les enquêtes d’opinions assassines se suivent et se ressemblent : tout d’abord, selon l’IFOP, 85% des français souhaitent que notre pépère national ne se représente pas en 2017. Et ils sont 62% à déclarer vouloir le voir démissionner. Va falloir ramer pour arriver au 2° tour, bonhomme… Pire, toujours selon l’IFOP, les « items quali » mesurés sur la personnalités du président sont un véritable massacre ! Seulement 24% estiment qu’il défend bien les intérêts de la France. Pour seulement 16% des sondés, il est jugé « compétent ». « Il sait où il va » pour 13% des Français. Enfin, 11% des personnes interrogées pensent qu’il a de l’autorité ! Une boucherie. Pire, au–delà des scores bruts mesurés, c’est la perspective qui est saisissante ! Sur ces qualités mesurées, toutes baissent de 6 mois en 6 mois, notamment dans le dernier carré de soutiens, à savoir ses propres électeurs de 1° tour. Une ruine, quoi…

 

Gouvernement cherche budget désespérément. Le cauchemar du budget 2015 est en route les gars et quelque chose nous dit que certains du côté de Bercy doivent avoir du mal à roupiller… Ils ont déjà grappillé une petite semaine complémentaire pour le rendre public… Sans doute qu’ils font, une fois encore, dans leur bénouze… Déjà, et on le sait, l’objectif budgétaire de 2014, c’est d’essayer de ne pas faire plus de déficit qu’à la fin de 2013 ! Soit 4,3% du PIB ! Autrement dit, l’augmentation massive des impôts, tant pour les particuliers que pour les entreprises, ne sert strictement à rien du point de vue de la réduction des déficits. C’est flagrant et c’est scandaleux ! Ces peintres nous foutent allègrement dans le mur. Alors, c’est certain, la mise en musique du budget 2015, elle est plus que compliquée ! D’autant plus que les chiffres de la croissance tombés cet été font apparaître un risque majeur : que le déficit soit plus important cette année que l’année dernière… En tout cas, le risque existe et il est mortel pour l’exécutif : alors qu’ils claironnent que la route est la bonne et qu’il faut réduire notre endettement, il reconnaitrait que 3 ans après la prise de pouvoir, tout ce qui a été fait est un échec total : chômage, croissance, déficit… Et Europe oblige, cette fois cela va être difficile de cacher la merde sous le tapis : Bruxelles naturellement mais aussi la Cour des Comptes, sans parler des multiples créanciers du pays attendent le gouvernement au tournant… On va se marrer !

 

La faillite, c’est maintenant. Mon gros Sapin, Roi des Benêts a été contraint de l’avouer cette semaine : la politique économique de ces peintres est un fiasco total, une faillite sans précédent, une déroute calamiteuse ! Pour la première fois depuis l’année noire de 2008 et la fameuse crise des subprimes, le déficit français va se creuser cette année ! Comme quoi pépère est bien parvenu à inverser une courbe : cette de l’endettement français qui était à la baisse depuis 5 ans ! Et ce, rappelons-le, malgré une augmentation sanglante des impôts de plus de 30 milliards en 2 ans ! Croissance zéro, chômage qui explose, déficit en hausse : ben mon pépère, tu réalises en Grand Chelem !

 

L’Intérieur veille… Bon, les gars, autant le dire, on est bien protégé, en Hollandie. Les oreilles de notre Etat sont partout et d’une efficacité redoutable… Donc, si le Ministère ne savait pas que Nemmouche, le tueur de juifs à Bruxelles, préparait un attentat de grande ampleur en France, c’est vraiment qu’il n’y avait rien en préparation. Bon, il faut reconnaître que le même ministère ne savait rien (non plus) sur Cahuzac. Qu’il n’avait rien vu venir, mais alors rien du tout, sur le bouquin de Valoche. Et les écoutes de Sarkozy, franchement, au ministère, on n’en savait rien… Par contre, quand vous avez manifesté pacifiquement contre les lois iniques de Taubira, alors là, on sait tout de vous… Merci les super flics de Hollandie !

 

Mise en garde. Alors que tout le monde sait que les peintres qui nous gouvernent ne tiendront pas les engagements qu’ils ont eux-mêmes pris sur la réduction des déficits, les mises en garde se multiplient. Le FMI d’abord, par la voix de sa présidente, le clame : « il faut respecter les engagements de réduction de la dépense publique. » Berlin, mardi, n’a pas dit autre chose à travers le discours de Schaüble, ministre de l’économie allemand : « Nous avons prouvé ces dernières années, il faut se remettre cela en mémoire dans les débats actuels, nous avons prouvé qu’une politique budgétaire solide était la meilleure politique pour la croissance et l’emploi ». Plus loin, visant le cancre de l’Europe, à savoir pépère, il a asséné : « Faire ce que l’on a dit, tenir ses promesses, cela implique aussi de s’en tenir aux règles européennes, tout le monde devrait s’en tenir aux règles européennes, nous les avons décidées ensemble ». Il semblerait que la nouvelle demande de délais que s’apprête à déposer le gouvernement ne soit pas acceptée d’avance…

 

A part ça, Duflot et ses copains ne voteront pas la confiance au parlement. Sans blague. « Les frondeurs » non plus. Mais de là à voter contre, peut être pas : on ne va pas renoncer à nos avantages… En Hollandie, les convictions restent solubles dans les rentes de situation… A part ça, plus de 3 ans après, Collomb le maire de Lyon balance que lui et Valls trouvaient le projet présidentiel du PS irréaliste. Ben les gars, vous auriez eu des cojones, vous l’auriez dit à ce moment-là. Au lieu de cela, vous avez couru après les places. Comme d’hab, quoi… A part ça, le niveau de vie des français baisse. C’est l’INSEE qui le dit. C’est pas comme si c’était une énorme surprise : un PIB/habitant qui diminue et des impôts qui montent… Forcément, un moment donné, ça se voit ! Un système qui nous fabrique toujours plus de pauvres, on aurait tort de vouloir le changer… Merci qui ? A part ça, Mosco, passé à l’Europe, se veut désormais l’ardent défenseur de l’orthodoxie budgétaire et de la baisse des dépenses publiques. Lui qui a fait exactement l’inverse quand il était aux responsabilités il y a encore quelques semaines : hausse des dépenses publiques, engagements de fonctionnaires, augmentation massive des impôts, recours au déficit… ont marqué sont passage à Bercy. Mais ça c’était avant. Une constante néanmoins : il nous prend pour des cons… A part ça, Montebourg Aquilino y sont allé de leur charge contre pépère : pour le vicomte, le Mou applique la politique de la droite allemande. Et pour le Sieur Aquilino, il a été lui-même victime de « purification ethnique » par l’entourage hollandais… Ben les gars, vous n’avez pas la reconnaissance du ventre… Valoche, Thomas, Arnaud, Aqui… Putain de Dream Team…

 

A part ça, rien.

 

Allez, bon weekend et bon courage