Bruno Lemairepar Bruno Lemaire, professeur émérite HEC, conseiller économique de Marine Le Pen

Q. C’est quoi, la richesse d’une nation ?
Dit simplement, et si on se limite uniquement au côté économique, la richesse effective correspond à ce qui est produit par un pays ou une nation donnée, la richesse potentielle, elle, étant ce qui peut être produit, mais qui ne l’est pas toujours. Adam Smith, l’un des pères de la pensée économique moderne, avait d’ailleurs intitulé l’un de ses ouvrages « la richesse des nations ».

Q. Je suppose qu’il y a des nations plus ou moins riches, et que cette richesse peut varier dans le temps.
Vous avez raison, la richesse d’une nation – de la même façon que pour un individu donné – est toujours relative.

Q. Pouvez-vous préciser ?
Cette richesse peut d’abord s’évaluer par rapport à une situation antérieure – s’il y a croissance, pour une population donnée, on dit que la nation s’enrichit. Si la production stagne, comme pour la France entre 2008 et 2012, cette richesse relative est restée constante. On peut même dire qu’elle a diminué puisque la population de la France croit d’environ 0.5 % par an. Plus précisément, sur ces cinq dernières années la production de richesses par habitant a diminué en France d’un demi pour cent par an, c’est-à-dire de près de 3 % en 5 ans.