Le père français Georges Vanderbeush a été enlevé dans la nuit de mercredi à jeudi dans l’extrême-nord du Cameroun, à la frontière du Nigeria, pays où sévit le mouvement islamiste Boko Haram. La piste terroriste est évoquée.

Selon sœur Françoise qui travaille avec le religieux, le père Vandenbeusch «a été enlevé vers 23 heures alors qu’il se trouvait chez lui dans l’enceinte de la paroisse». «Les ravisseurs s’exprimaient en anglais. Il nous a semblé qu’ils étaient venus à pied. Nous n’avons pas entendu de bruit de voiture. Ils ne portaient pas de cagoules. Nous ne savons pas ce qu’ils ont pris chez le père. Ils étaient seuls avec lui dans sa maison. Ils nous ont demandé de l’argent». Le prêtre, décrit comme calme, s’était installé il y a deux ans au Cameroun, après neuf ans passés à Sceaux, près de Paris, pour retrouver le cœur de la vie évangélique et la vie de missionnaire.

La proximité avec le Nigeria, berceau de Boko Haram, ce mouvement islamique très violent, et le fait que les ravisseurs parlent anglais renforcent néanmoins la piste islamiste. Le 19 février dernier, le groupe avait déjà été à l’origine du rapt d’une famille française, les Moulin-Fournier, capturée elle aussi dans l’extrême-nord du Cameroun. Les trois adultes et les quatre enfants avaient été libérés à la fin du mois d’avril, après de délicates négociations conduites par les autorités camerounaises, et sans doute le versement d’une rançon de plusieurs millions de dollars. […]

Le Figaro

  Actualité, Afrique, Christianisme, En bref, Islam, , , , ,