Midilibre.fr
14/11/2013, 12 h 20 | Mis à jour le 14/11/2013, 12 h 24
Jean-Luc Mélenchon s'est prend une nouvelle fois à la politique de Marine Le Pen.
Jean-Luc Mélenchon s'est prend une nouvelle fois à la politique de Marine Le Pen. (PIERRE VERDY VALERY HACHE / AFP)

En meeting hier à Pau, le co-fondateur du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon s'est inquiété de la "dédiabolisation" de Marine Le Pen, et de la dérive de la société.

En meeting hier au Parc des Expositions de Pau pour soutenir la candidature aux municipales de Olivier Dartigolles, porte-parole local du PCF, Jean-Luc Mélenchon s'est longuement exprimé sur la situation de la société, et la supposée montée en puissance du Front National. Des extraits vidéos de sa prestation sont publiés ce matin par le quotidien Sud Ouest.

Dénonçant la "dédiabolisation désastreuse" dont bénéficie le FN, Mélenchon a assuré être avoir été "autrement plus diabolisé pendant les six derniers mois que la Madame".

"Les monstres qui sont avec elle sont là"

Il a déploré que ce supposé laxisme aurait conduit à une impunité des idées de Marine Le Pen. "Maintenant, on ne sait plus comment la faire rentrer dans sa cage. Elle est sortie, et tous les monstres qui sont avec elle, ils sont là".

Visant ainsi "les identitaires, les bagarreurs de rue qui tuent Clément Méric, et les barbares qui font le journal Minute, et ainsi de suite", Jean-Luc Mélenchon a aussi dénoncé "la bien-pensance, catholique, apostolique et romaine, qui va traiter de guenon une ministre en se trimbalant avec ses gosses en les tenant par la main, et en sont fiers".

"La société est en ébullition"

Mélenchon a ainsi estimé qu'il "faudrait dire aux parents : 'c'est comme ça que vous éduquez vos enfants ?'", et interroger "la même bonne société qui a posé des questions au père de Leonarda", mais se refuse à questionner les "pères et aux mères de ces enfants qui se comportent si mal, qui sont si grossiers et si vulgaires".

Revenant sur un terrain plus politique, le co-fondateur du Front de Gauche a assuré que le seul remède contre "l'ébullition de la société " était "nos petits bulletins de vote et l'éducation populaire".

S'excusant d'avance d'être "un peu brutal", il a conclu que "si nous gagnons, ce sera la lumière et l'intelligence qui gagne". A l'inverse, "si c'est les soi-disant Bleus, ce sera la bêtise, la fronde bœuf, le racisme, l'obscurantisme qui l'emporteront".

Voir la vidéo :

 

 

merluchon tete de con
merlucon
merlucon