Un homme de 66 ans a failli perdre la vie après une agression au couteau dans le train Genève-Lausanne. L’arme lui a déchiré le poumon, il a fait un pneumothorax et a été hospitalisé durant plusieurs jours. Le jeune de 20 ans qui s’est jeté sur lui comparaissait pour tentative de meurtre.

Un groupe de jeunes gens un peu éméchés tambourine à la porte des toilettes occupées par le retraité. Enervé, ce dernier sort et leur lance: «Ici, on est en Suisse, pas en Afrique!» Une dispute éclate.

Alors que le sexagénaire regagne sa place, Q., le justicier de la bande, surgit et lui assène un coup de poing au visage. Le sang de Monsieur R. ne fait qu’un tour. Il se lève et poursuit son agresseur.

Au cours de la poursuite dans le train, le retraité reçoit deux coups de couteau de la part de Q.

Me Youri Widmer, avocat de Q., demande au sexagénaire pourquoi il n’a pas alerté la gendarmerie après le coup de poing.

« Lorsqu’on est victime d’une agression, on essaie de la résoudre en homme, pas en lâche. Si je ne m’étais pas levé pour me défendre, c’était la ruée. Ils étaient six!»

La procureure réclame une peine de six ans pour tentative de meurtre et pour un braquage à l’encontre de ce jeune prévenu ayant déjà un lourd casier judiciaire.

Elle demande également que cette peine soit suspendue au profit d’une mesure pour jeunes adultes qui permettrait à Q. d’entreprendre une formation dans un centre spécialisé

Les juges lui infligent finalement quatre ans et demi de prison.

24 heures via les Observateurs

 

 

 Immigration, Près de chez vous , , , , ,