A l’issue du procès intenté par des associations antiracistes à l’encontre de Twitter, les autorités avaient expliqué qu’elles mèneraient des négociations avec le service de microblogging. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem indique que des associations pourraient être chargées de signaler certains messages ou groupes de messages (réunis sous un même hashtag).

Suite à des protestations, Twitter avait fait le choix de retirer plusieurs messages publiés sous le hashtag #Unbonjuif ou #Unbonmusulman. Certains propos s’avéraient racistes voire antisémites et plusieurs associations avaient décidé de porter l’affaire devant les tribunaux. De son côté, le gouvernement avait indiqué qu’il mènerait des discussions avec le service américain afin qu’un tel épisode ne puisse plus se reproduire.

Un statut particulier pourrait donc être mis en place pour ces organismes représentatifs. Par contre, si «les associations de lutte contre l’homophobie ou d’autres formes de discriminations» sont concernées, le nombre exact de ces discriminations qui pourraient profiter de la mesure n’est pas détaillé.

Toujours est-il que ces organismes disposeraient d’un pouvoir plutôt singulier, celui d’envoyer des messages de rappel à la loi. «Ces messages bénéficieraient d’une très grande publicité et arriveraient tout en haut d’une page concernant un sujet, comme par exemple l’homophobie», ajoute Najat Vallaud-Belkacem. […]

clubic.com (Merci à Simon Bolivar )