A la suite de la parution de notre enquête, Anne Hidalgo a annoncé son intention de porter plainte contre Capital. Dans un communiqué publié par l’Hôtel de Ville, elle "conteste avec la plus grande fermeté l’accusation d’emploi fictif" et "rappelle son attachement le plus complet au respect du droit". Mais ses arguments ne sont guère convaincants.

Pour justifier son deuxième salaire, perçu entre 2000 et 2003 du ministère du Travail alors qu’elle était première adjointe – une information qu’elle ne conteste pas -, elle met d’abord en avant le fait qu’elle attendait un bébé. "Elue en mars 2001 et enceinte de son troisième enfant, elle a alors exercé son droit au congé maternité", indique le communiqué de la mairie. C’est exact. Mais cela ne suffit pas. D’abord parce que ledit congé ne s’est évidemment pas prolongé pendant les 26 mois incriminés. Et puis parce qu’il n’a pas pu commencer en mars 2001, au lendemain de son élection, comme Anne Hidalgo tente de le faire croire.

Il convient en effet d’être précis sur le calendrier. Comme le rappelle l’Obs, elle a pris un congé maternité de six mois entre octobre 2001 et avril 2002. Ce qui signifie qu'elle a donc accepté de se faire payer par le ministère pour un emploi virtuel jusqu’en octobre 2001 puis d'avril 2002 à janvier 2003. Et ce placement en congé maternité du ministère du Travail n'était lui même pas fondé puisque lié à un emploi non réellement occupé.

Deuxième argument mis en avant par la maire de Paris : c’est elle qui aurait demandé au ministère du Travail de mettre fin à sa rémunération dès la fin de son congé maternité en avril 2002. Nous n’avons trouvé aucune trace de cette demande dans notre enquête, et aucun témoignage n’est venu la corroborer. Et pour cause ! Si elle l’avait fait, elle n’aurait certainement pas continué d’être payée pendant 9 mois, jusqu’en janvier 2003, sans exercer la moindre fonction au ministère !

>> A lire aussi : Exclusif : les preuves qu’Anne Hidalgo avait un emploi fictif

Pour appuyer son argumentaire, la maire de Paris insiste sur le fait que nous avons jadis été condamnés en diffamation pour un article sur des emplois fictifs de Bertrand Delanoë cette fois. C’est encore une fois exact. Mais Anne Hidalgo omet de préciser que le tribunal n’a sanctionné que la forme de nos écrits, et non la véracité des faits que nous y rapportions. Et qu’elle même a par ailleurs été condamnée deux fois en diffamation ces derniers mois.